Puneet Sahani : un Indien sur la route, auprès des femmes

J’ai choisi de collaborer avec d’autres voyageurs écrivains et vagabonds de ma trempe pour me stimuler et accumuler du bon karma. Je m’associe maintenant au globe-stoppeur indien Puneet Sahani. Vous trouverez d’ailleurs un article sur lui dans le magazine européen CaféBabel.com

PuneetPuneet est un personnage plus grand que nature, un peu comme ceux que l’on retrouve ici dans le Grand Nord. Avant même d’entrer en contact avec lui, sa réputation l’a précédé. Je me souviens de l’avoir lu sur les forums de Couchsurfing.orgil prêchait contre les faux culs qui n’osaient pas avouer que beaucoup de gens utilisaient le site pour y faire des rencontres intimes. Son tourisme à lui, qu’on pourrait qualifier jusqu’à un certain point de sexuel ou du moins sensuel, c’est une découvertes de l’inspiration que lui procure le corps et l’esprit des femmes sur la route. Grande gueule, fin provocateur et séducteur, il est toutefois attachant dans son esprit d’Aventure avec un grand A.

En plus, il a ceci d’exceptionnel qu’il est une minorité bien visible en Europe. Il faut dire que l’on rencontre assez peu de diversité ethnique sur les routes : les jeunes hommes blancs dominent, les jeunes blanches suivent de près. À défaut d’être politically correct, cette observation est réaliste et le racisme est présent sur les routes d’Europe

Il y a quelques temps déjà, j’ai traversé un continent pour rencontrer un jeune canadien dont j’étais amoureuse des idées. Alors que j’arrivais tout juste en Turquie, il s’enfuit de moi en plongeant de la Géorgie vers l’Azerbaïdjan (et c’est une histoire en soi… ). Après la traversée de l’Asie centrale et un détour par le Tibet, il se rendit en Inde et rencontra Puneet avec lequel il fit de l’auto-stop dans la région meurtrie du Cachemire indien. Ensemble, ils firent des « Câlins gratuits » à la frontière indo-pakistanaise. L’un presque moine, l’autre adepte de la promiscuité, deux aventuriers philosophiquement aux antipodes dans une région déchirée par la guerre et encore abîmée par le tremblement de terre de 2005.

Bien que je ne les aies jamais rencontrés ni l’un ni l’autre, ces hommes font partie de mon inspiration d’auto-stoppeuse et c’est pourquoi j’espère pouvoir soutenir Puneet dans son expérience d’auto-édition du livre My world through areolas (Mon monde à travers les auréoles).

Puneet-Taylor
UPDATE : J’ai rencontré Puneet en 2012.
Taylor est décédé depuis, happé par un véhicule en février 2013 en faisant du stop au Tchad.
Puneet a ouvert un blog :  http://www.puneetsahani.com/

Laisser un commentaire