25 mai – Towel Day : Auto-stoppeurs, à vos serviettes !

Temps approximatif de lecture : 3 minutes
Tous les 25 mai, les geeks et auto-stoppeurs du monde célèbrent le jour de la servietteTowel Day, soulignant ainsi l’impact culturel de Douglas Adams (1951-2001), écrivain anglais dont l’oeuvre la plus connue est sans contredit le Guide du voyageur galactiqueHitchhiker’s Guide to the Galaxy – H2G2 (traduction littérale : Guide de l’auto-stoppeur pour la galaxie, parfois nommé Le routard galactique dans des éditions précédentes).

Une trilogie en cinq volumes

 

Vous ne connaissez pas le Guide du voyageur galactique ? Pas de panique !

dont panicVous subissez sans doute sans le savoir l’influence culturelle de cette série de science fiction britannique absurde dans la lignée des Monty Python.
N’avez-vous jamais entendu parler de la suprématie du chiffre 42 ? La réponse à la question sur la vie, l’univers et tout le reste ? Peut-être connaissez-vous alors la chanson 42 de Coldplay…

Le disque de Radiohead « Ok, Computer », la chanson « Paranoid Android » ? C’est un hommage à Marvin, le robot maniaco-dépressif d’H2G2.

y-babelfishPeut-être avez-vous voyagé dans les environ d’Ottawa, la capitale du Canada, et êtes vous sortis danser au Zaphod, scène populaire pas chère du nightlife local (cité dans le Lonely Planet) ? Vous pourriez y commander un « Pan Galactic Gargle Blaster », meilleur cocktail de l’univers, dont l’effet est comparable à celui « d’avoir le crâne heurté par un gros lingot d’or entouré d’une rondelle de citron ».

Peut-être utilisez-vous déjà le logiciel Trillian pour gérer vos multiples comptes de messagerie instantanée ? Ou le meilleur traducteur en ligne avant l’arrivée de Google Translate, BabelFish ? Le nombre de références au livre dans la culture populaire est phénoménal !

 

D’abord une série radio, puis un livre et une trilogie en cinq volumes, le premier livre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2005 qui vous permet d’avoir une vague idée de l’humour cynique et déjanté de Douglas Adams sans vous taper les livres (en anglais, s’il-vous-plaît, la traduction française étant plutôt… nulle).

L’un des conseils majeurs du guide a trait à la serviette, instrument ultime du voyageur galactique :

« La serviette est sans doute l’objet le plus vastement utile que puisse posséder le voyageur interstellaire. D’abord par son aspect pratique : vous pouvez vous draper dedans pour traverser les lunes glaciales de Jaglan Bêta ; vous pouvez vous allonger dessus pour bronzer sur les sables marbrés de ces plages irisées de Santraginus V où l’on respire d’entêtants embruns ; vous pouvez vous glisser dessous pour dormir sous les étoiles, si rouges, qui embrasent le monde désert de Kakrafoon ; vous en servir pour créer un mini-radeau sur les eaux lourdes et lentes du fleuve Mite ; une fois enfilée, l’utiliser en combat à mains nues ; vous encapuchonner la tête avec afin de vous protéger des vapeurs toxiques ou bien pour éviter le regard du hanneton glouton de Tron (un animal d’une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus – con comme un balai, mais très très très glouton) ; en cas d’urgence, vous pouvez agiter votre serviette pour faire des signaux de détresse et, bien entendu vous pouvez toujours vous essuyer avec si elle vous paraît encore assez propre.
Plus important, la serviette revêt une considérable valeur psychologique : si pour quelque raison, un rampant (= non voyageur) découvre qu’un routard a sur lui une serviette, il en déduira illico que ce dernier possède également brosse à dents, gants de toilette, savonnette, boîte de biscuits, gourde, boussole, carte, pelote de ficelle, crème à moustiques, imperméable, scaphandre spatial, etc. Mieux encore, le rampant sera même heureux de prêter alors au routard l’un ou l’autre des susdits articles (voire une douzaine d’autres) que ledit routard aurait accidentellement pu « oublier »; son raisonnement étant que tout homme ainsi capable de sillonner de long en large la galaxie en vivant à la dure, de zoner en affrontant de terribles épreuves et de s’en tirer sans avoir perdu sa serviette ne peut être assurément qu’un homme digne d’estime. »

 

Les voyageurs intergalactiques parisiens seront heureux de savoir que le Grand Ordre de la Serviette honore chaque année la mémoire de Douglas Adams en ce jour solennel.
 

#Confessions

Je voyage sans serviette

Infographie sur le Towel Day

Merci à  Stampaprint pour ce moment !

J'aime, je partage ! Email this to someoneShare on Tumblr0Pin on Pinterest0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on Facebook4

Laisser un commentaire