Auto-stop en baisse de popularité au Royaume-Uni

Temps approximatif de lecture : 1

P1000579r

9 % des conducteurs britaniques s’arrêteraient pour prendre un auto-stoppeur

Un sondage publié récemment par l’association automobile AA indiquerait que l’auto-stop est en baisse de popularité auprès des conducteurs du Royaume-Uni.

Parmi les automobilistes sondés, seulement 1% ont fait eux-mêmes du stop pendant la dernière année, 3% dans les derniers dix ans et 35% il y a plus de dix ans. Il est fort probable que c’est ce même 1% qui affirme qu’il s’arrêterait « pour sûr » (definitively) à la vue d’un auto-stoppeur. En moyenne, c’est 9% des automobilistes qui s’affirment ouverts à s’arrêter pour un auto-stoppeur, ceux du pays de Galles (12%), de l’Irlande du Nord (11%) et de l’Écosse (10%) étant nettement plus enclin à s’arrêter que ceux d’Angleterre (6,5% en moyenne). Selon AA, ce qui causerait cet écart est surtout la rareté des transports publics dans les régions moins peuplées du Royaume-Uni. Les hommes seraient quatre fois plus enclins à s’arrêter que les femmes.

Une perte générationnelle

La nouvelle génération de conducteurs est celle qui a le moins fait de stop dans sa jeunesse : seulement 7% des 18-24 ans l’ont déjà essayé, contre 12% des 25-34 ans et près de la moitié des conducteurs de plus de 55 ans.  Le quart des conductrices a déjà tenté la pratique, contre près de la moitié des hommes répondants, en moyenne.

Le sondage, réalisé par la firme Populus, a collecté les résultats de 16 850 membres de l’association automobile entre le 22 et le 30 juin derniers.

Vous souhaitez partir en roadtrip au Royaume-Uni ? Suivez les conseils d’Astrid \

5 Commentaires for “Auto-stop en baisse de popularité au Royaume-Uni”

dit :

Sondage intéressant, on pourrait croire que vu le prix des transports au Royaume Uni l’auto sport serait plus développé. On sait pourquoi les gens font moins d’auto stop? Est-ce que c’est lié au fait qu’il y ait de moins en moins de personnes pour les conduire?
J’ai fait de l’auto stop en Roumanie, là-bas c’est presque un moyen de transport à part entière (enfin ça l’était à l’époque!), c’est pratique, pas cher et ça fait rencontrer des gens.

dit :

Selon le président de AA, un ancien auto-stoppeur lui-même, le déclin serait dû à un certains nombres de facteurs. Tot d’abord, les transports publics moins chers : c’est au Royaume-Uni qu’on démarré MegaBus et les FunFares de NationalExpress, de véritables autobus lowcost (comme les avions Ryanair…) J’ai moi même fait plus de 1200 km là bas pour environ 13 livres sterling… Le covoiturage apparît souvent comme une option de transport abordable et plus sécuritaire que l’auto-stop. Enfin, la peur d’être aggressé, très relayée dans les médias, a aussi contribué au déclin de la pratique.

Je crois cependant que la culture de l’auto-stop était à la base bien implantée au Royaume-Uni, mieux qu’en France ou en Italie par exemple. Le déclin n’est donc pas un arrêt de mort – il est encore faisable et relativement facile d’y faire du pouce… La pratique a généralement bonne réputation vu que beaucoup de soldats et de professionnels du transport l’utilisaient pour rentrer chez eux…

Laisser un commentaire