Auto-stop en video : Handicap au vent USA

Temps approximatif de lecture : 3 minutes

Handicap au vent : auto-stop en fauteuil roulant !

J’ai enfin vu le documentaire de Flo et Antoine d’Handicap au vent, notre intouchable à nous, paraplégique voyageur. Je dois le dire franchement : ça m’a sciée les jambes. Les bras m’en sont tombés !

De l’auto-stop, du handicap et de l’audace

Pour tout dire, je m’attendais à un premier documentaire de d’jeunz avec beaucoup d’ambition et de bonne volonté,  une jolie aventure d’auto-stop à la road-movie avec l’intérêt particulier le handicap d’Antoine. J’avais tort. 

Le film est bien monté, les protagonistes sont attachants, plein d’humour, le conteste est épique mais le traitement reste modeste et plein d’humour. En gros, le docu-réalité aurait eu toute sa raison d’être même si Antoine avait eu toute sa capacité de gambader. Le fait qu’il soit en fauteuil roulant est simplement l’aspect marketing de leur aventure… voilà… Tout est dans le nom…

Bande-annonce

Handicap au vent – Trailer 1 par Pianitza

Synopsis du film

Antoine et Florent ont pour projet d’aller au Sud des États-Unis pour faire de l’auto-stop depuis la Floride vers le célèbre festival de performance artistique Burning Man dans le désert de l’Arizona. Le défi particulier tient du fait qu’Antoine est devenu paraplégique suite à un accident de parapente et qu’il se déplace désormais en chaise roulante. Qu’à cela ne tienne, les deux amigos le relèvent (le défi, pas Antoine) et s’envolent vers Miami. De là, ils nous font part des réalités de l’auto-stop, du camping urbain, des difficultés comme des rencontres tandis qu’ils se rendent lentement vers l’Arizona.

 

J’ai aimé et adoré

  • L’histoire derrière le projet, inspirante par nature mais aussi par les efforts investis
  • La candeur et la modestie des deux héros. J’ai encore plus envie de les rencontrer ! Le sens de l’humour et l’attitude d’Antoine sont marquants, malgré la flemme qu’il nous démontre en restant assis tout le long du film…
  • Leur handicap linguistique qui donne lieu à des scènes assez marrantes, à vrai dire. Disons que ça permet de changer de perspective : nos capacités nous mettent certaines limites, mais ce n’est pas une raison pour s’empêcher de tenter l’aventure en en ayant conscience.
  • Les effets spéciaux et le montage rigolo
  • L’aspect documentaire : comment ils ont monté le projet, le retour sur l’expérience, les moments plus difficile… Ça amène une dimension réflexive qui répond à bien des interrogations.
  • La scène du papy. Intense. Faut le voir pour comprendre.

J’ai (un peu) moins aimé

  • Les longueurs qui parfois brisent le rythme, qui auraient pu être raccourcies au montage.
  • Le sous-titrage, parfois inexact même s’il saisit bien l’essence du contenu
  • Avoir attendu aussi longtemps avant de le regarder

 

En conclusion, c’est un road-movie pour ceux qui osent voyageur en stop, pour ceux qui osent pas et surtout pour ceux qui cherchent des excuses qui commencent pas « Je ne suis pas capable parce que… » Non, mais ! Si eux ont pu le faire avec les gueules qu’ils ont, toi aussi tu peux le faire !

Le film en entier

Handicap au vent en Ukraine

Pour vous donner une (mince) idée de l’ambiance en compagnie de Florent et d’Antoine, visionnez déjà quelques minutes de leur vidéo Objectif Ukraine. Ils sont DÉ-JAN-TÉS. Ici, ils sont assez cons pour faire leur départ de  nuit, se faire arrêter, Antoine en profite pour réviser (apprendre) sa géographie de l’Europe centrale et de l’Est, parler la bouche pleine et nous démontrer son chaos capillaire…

« On a tout ce qu’il faut pour être heureux ! »

6 Commentaires for “Auto-stop en video : Handicap au vent USA”

Anonymous

dit :

Je trouve assez étrange de parler d’ « aspect marketing » pour un fauteuil roulant…

dit :

Ça fait partie de l’aspect humoristique du billet 😉 Mon point est qu’avec ou sans fauteuil roulant, l’aventure aurait déjà été très intéressante à cause de leur personnalité, leur attitude. Il est clair que le fait qu’il soit en fauteuil roulant est très impressionnant, inédit et inspirant et il est tout à fait logique qu’il l’exploite pour mettre son documentaire dans ce créneau… Et inspirer handis comme valides.

Pour note, le seul autre aventurier-voyageur-auto-stoppeur en fauteuil que je connaisse est le Catalan Albert Casals dont le livre a été (il me semble) traduit en espagnol… Mais pas en français !
http://www.albertcasals.cat/

Anonymous

dit :

dit :

« J’ai fait de mon handicap un langage, un lien indéfectible, un passeport qui me donne le statut de citoyen du monde. Agir aux côtés des équipes de Handicap International c’est déjà rejoindre Malraux en Espagne, Kessel sur le front russe et Norman Béthune au côté de Mao. »

Très intéressant, merci, je ne connaissais pas !

Laisser un commentaire