Camping urbain : Une vagabonde dans la ville…

Temps approximatif de lecture : 4 minutes

Le voyage vagabond ne nécessite plus de nos jours de dormir à la dure. Le baroudeur a mille-et-une options pour passer la nuit à l’intérieur : hôtels mythiques et miteux, auberges de jeunesse, accueil chez l’habitant, échange ou gardiennage de maison, etc.

Mais pour celle (ou celui) qui cherche l’aventure, qui fait face à un imprévu ou qui l’embrasse, il n’est pas rare de faire du camping urbain et de dormir dans la rue, manière SDF. Ceci dit, on s’en sert surtout pour se démerder en cas de gros souci : un hôte franchement lourd, être coincée en auto-stop dans une ville inconnue, aucune auberge disponible, etc.

Le camping urbain, c’est le défi de trouver un abri provisoire confortable et sécuritaire

Il faut alors faire face aux aléas du climat, aux contraintes légales, à ses peurs et appréhensions tout en assurant son hygiène et sa sécurité.

La ville est un environnement plus hostile que la campagne pour qui veut dormir dehors sans le sou. Il existe toutefois une culture de la rue (squat, travellers, communes, itinérants marginalisés), laquelle a développé une certaine expertise dans le domaine. C’est de ces milieux et de mon expérience personnelle que je tire ces conseils.

Matériel utile

  • Duvet
  • Vêtements chauds
  • Bâche ou tente
  • Matelas de sol ou hamac
  • Cordelette, cadenas
  • Alarme personnelle
  • Bonne dose d’audace et de courage

Caractéristiques d’un bon abri

  • Pratique et accessible;
  • À l’abri de la pluie et du vent;
  • Confortable et chaud;
  • Sécuritaire et à l’abri des regards.

Le dernier point est d’importance capitale car en ville, la principale source de danger est bien souvent humaine. Choisissez le quartier avec soin et informez-vous de sa sûreté auprès des riverains. D’un regard aiguisé, scrutez l’endroit choisi à la recherche de traces de fréquentation comme des graffitis, des mégots de cigarette et autres détritus. Les quartiers très chics sont à éviter puisque les gens y sont plus méfiants des itinérants et tendent à appeler la police… Et mieux vaut éviter la confrontation, non ?tente-Picardie

Il est important de ne pas attirer l’attention sur soi par des bagages volumineux et hi-tech: autant les laisser en consigne à lagare ou à la station de bus. Attachez vos effets à vous-même avec de la cordelette ou enfilez votre sac à dos par les jambes pour bien en déceler tout mouvement. Dormez avec vos papiers sur vous ou au fond de votre duvet. Enfin, gardez votre nourriture dans un sac hermétique et légèrement à distance : les animaux affamés peuvent vous être une source de nuisance.

Et l’hygiène dans tout ça ? En ville, les cafés, restaurants, grands magasins et stations-service ont souvent un évier et de quoi faire un brin de toilette. Pour la totale, cherchez les gymnases, les piscines publiques, les plages (équipées de douches), les patinoires et les stades, notamment si les douches et vestiaires sont accessibles à tous. En dernier recours, tentez votre chance auprès des hôtels (bas de gamme) en leur demandant la permission d’utiliser leurs douches moyennant une somme modique ou un charmant sourire.

 

J’ai dormi…

Camping-terrain-foot

…sur un banc devant Notre-Dame de Paris, France
Je ne vous le recommande pas : il y avait trop de vent…

… dans un grand parc aux alentours de Glasgow, Écosse
Confortablement installée dans ma tente

… sur une plage non loin de Middelburg, Pays-Bas
Il a fait froid, mais il y avait des douches !

… entre deux voies d’autoroute près d’Oviedo en Espagne
auto-stop-campingC’était plus tranquille que vous le croyez

… dans une caverne en bordure d’Ürgüp, au Cappadoce turc
J’y ai même hébergé trois cyclistes britanniques !!!

… sous un pont à Montréal, Québec
La veille de mon inscription au lycée professionnel

… dans un camion de fruits et légumes au Portugal
Hyper-confo ! Les routiers européens au long cours sont tous équipés d’une Wifi-Squatseconde couchette.
… dans un bâtiment abandonné à Berlin, Allemagne
Par une chaude nuit d’été, avec des copains

… dans le hall d’un édifice résidentiel à Paris
Mais une mégère m’a chassée à coups de balai au petit matin…

… dans quelques bus, trains, gares, aéroports
À cet effet, voyez le site Sleeping in Airports pour savoir lesquels sont cinq étoiles..
… dans les toilettes d’une station-service près de Fribourg
Avec Nans, l’un de mes co-auteurs. Beurk ! Non t’es fou, c’est crade !
… dans la voiture du caissier d’une station-service
Avec Nans, l’un de mes co-auteurs.
Bon, on n’est pas mieux ici que dans les toilettes ?

Autres ressources

Urban camping in Japan – Article du wiki des voyages sur la version nippone du camping urbain (anglais)
Le guide Roadjunky du squat, incluant un guide selon les pays (anglais)

En connaissez-vous d’autres ?

9 Commentaires for “Camping urbain : Une vagabonde dans la ville…”

dit :

Contente que ça te plaise ! C’est encore petit par ici, mais ça se construit doucement… À vrai dire j’avais peur que le sujet soit un peu trop radical pour mon lectorat… C’est un défi d’en rendre le contenu accessible !

dit :

En France pendant la nuit, sur les stations-service, j’aime bien demander l’accès à la salle pour langer les bébés. Elle sert rarement en dehors de la journée, et les gens qui gardent la station sont assez solitaires donc si on parle un peu avec eux, ils deviennent des anges et il ne faut pas hésiter à leur demander directement ce dont on a besoin. La salle à langer, contrairement aux toilettes, est toujours propre. On peut fermer la porte et il y a un évier pour se laver tranquillement. 🙂

dit :

Bon truc nikka !

Effectivement, le contact avec le personnel des stations-service est toujours à soigner. Les rares fois où j’y ai dormi, j’ai également récupéré de la nourriture fraîche. Il y a souvent des sandwiches et des muffins frais du jour qui doivent être jetés à la fin de la nuit, et qui peuvent remplir un estomac vide…

Je n’avais jamais noté la salle à langer, j’essayerai donc cette technique lors de mon prochain « non-stop », si l’occasion le permet. 🙂

dit :

Les vacances en camping-car ont beaucoup d’avantages. Économe, familiale et d’une grande liberté de déplacement, chaque année de nombreuses familles choisissent ce mode de logement/déplacement qui permet de voyager et s’arrêter à peu prêt partout tout en gardant le confort d’un petit mobile-home.

paul béliard

dit :

Dans les années ’80 (1980 !)

Dans un petit édifice en construction, en Alberta ou au Manitoba ;
Dans une maison en voie de démolition au Bic, d’avant le Parc national ;
Au Jardin botanique de Montréal, avant qu’il soit payant ;
Au troisième palier d’un escalier d’urgence d’une école à Montréal ;

Etc

Sans trop de problèmes …

Laisser un commentaire