Dear New Zealand : Excuse Our French

Temps approximatif de lecture : 16 minutes

Dear New Zealand,

One of our fellow countrymen and hitchhiking colleague recently drew attention to himself as he was roaming around your country hitchhiking.

While us hitchhikers are generally empathetic when we hear stories of a long wait, there is no way in hell that we can justify or excuse such destructive and impolite behavior. Please don’t generalize from this unfortunate incident. On behalf of my new country of migration, France, and especially all my hitchhiking colleagues, I want to way it loud and clearly :

we're very sorry written on a beautiful landscape

Standing by the side of the road is an exercise of patience. We make a conscious decision to surrender ourselves to the elements and to the benevolence of passersby. We are grateful when you pick us up and share your time with us. We hitchhike because we think it is a great way to meet people and discover local cultures as well as an ecologically efficient way of travelling. We also deeply appreciate that you take us for free, out of good will, solidarity and hospitality.

Excuse our French - Paris in the background


New Zealand has an amazing reputation when it comes to hitchhiking. While I have not been to your country myself, I have heard only good things about your landscapes and your people from fellow hitchhikers.

Here’s what French travelers have to say about hitchhiking in your country.


French Hitchhikers Speak of New Zealand

jeremy-marie-nzIn « The Hospitable New Zealand », round-the-world hitchhiker Jeremy Marie said that New Zealanders « tend to do a lot to help people who are in need. Even if obviously no country in the world has a 100% friendly and well intentioned people, New Zealand must have a score close to perfect. […] Just like people were hospitable and kind, hitchhiking was a total pleasure. I rarely allow myself to hitchhike by night or within cities, but it was so easy that I dared to. » He waited on average 10 minutes for a ride and beat his record for the shortest wait in your country. « I simply adored New Zealand. Dynamic, safe, progressive, open, New Zealand is a living example of the best of what the world has to offer. »


tour-monde-froggy-nzJulien and Adrien from Froggy’s World Tour nicknamed New Zealand the country of rugby, wwoofing and hitchhiking.  « What an amazing hospitable country! We’d been told that hitchhiking worked well in NZ, but we never thought we’d be greeted that way in a Western, modern and touristic country. » Julien and his brother David hitched around the country together wearing both an All Blacks and a French flag when you guys beat us up at the 2012 Rugby World Cup. They say that  « the main things white Kiwis and Maoris have in common is that they are both sympathetic and welcoming. They never hesitated to pick us up. » In « Adrien and his Accordeon With the Maoris », Adrien tell us that he’s been picked up and invited by a policeman. « In 40 days, I was helped by 57 drivers to ride over 2 500 km! »


un barbu en bord de route - sac à dos avec un drapeau canadienCédric Tinteroff is the compulsive working holiday maker behind « From Yukon » and a big fan of hitchhiking.  He lost his hitch-virginity in New Zealand in 2011. « This deliberate and assumed choice to travel by hitchhiking was one of the best decisions of my life and brought me so many things that can’t be formalized or qualified. Without falling into apology or proselytism, I think nevertheless that hitchhiking is a school of life, moving and fruitful, hard and sometimes difficult but always rewarding hundredfold. » He later hitched around South Island without much trouble and once waited 6 hours without cursing your people because, you know, c’est la vie


new-zealand-geyser

Alexandra from Itinera Magica wanted to write to you directly. « Dear New Zealand, please forgive France: We do love you!

I remember my time in New Zealand as one of my most beautiful travels. In Wai-O-Tapu, I fell in love with the most punctual Lady Knox, the geyser which displays its beauty every morning at 10 AM, I marveled at the bubbling mud pools coming in all kinds of shades, and I wished to lose myself among the gigantic ferns. I slept on the slopes of the Tongariro volcano, waiting anxiously for the next eruption. Karekare’s raw beauty struck me with such awe I thought I would cry. I came to nz-mud-poolunderstand and admire Maori culture, their lore, craft and history, and the stories they brought from faraway shores in the middle of the Pacific.

Can I tell you a secret? New Zealand, I liked you even better than Australia. You were the land of fairytales, and you made me feel like a princess entering a dream. I will come back to you, because it saddens me that my husband doesn’t know your beauty yet. I don’t know if I will hitchhike then. But if I do, I promise I’ll bring candies and a big smile with me. »


journauxdevoyageEmmanuel from « Travel Diaries » met Spiderman while hitchhiking in New Zealand. This well-living spider hunter took him for a day roadtrip in Southland and they shared good times speaking about life around a beer.

About your country, he sums it up in one word : Awesome! His driver, Audrey, managed to show him villages and landscapes that tattooed that word on his heart. New Zealand is simply awesome. He’s also very sorry that you had to deal with that French dude.


wasabikiwiThe French woman behind « Wasabi in the Kiwi » was given a Tiki by a driver when hitchhiking soon after landing in New Zealand. This lucky charm kept her out serious of trouble but mostly became an affective symbol of her stay in NZ! She wanted to testify that New Zealand brought her some of the best of her hitchhiking memories. Some people were ready to go out of their way to help her, driving the extra miles, hosting her, advising her on good deals, helping out. Your attitude was extremely respectful. « There might be opposite examples but most Kiwis were very open and had little prejudice against hitchhikers. I’m ashamed as a French person and as a hitchhiker. »


the-road-and-meKurtis from « The Road and Me » sums it up in « Around Mount Cook » :  « I had been warned, in NZ hitchhiking in easy. It was proven to me! Low waiting times… Sometimes I don’t even have the time to stick my thumb out and someone offers to pick me up. In short, it’s a hitchhiker’s paradise. » « If I may add », he told me personally, « I hitchhiked for two years around the world and it’s probably been the country where it was the easiest and where people have been most receptive. There’s always a local to help or a backpacker passing around. I was even picked up by Olympic coaches! »


Trajet d'auto-tsop en Nouvelle Zélande de Stefan TannedStefan Tanned of Conseil-Voyageur.fr confessed to me : « During my round-the-world trip in 2014, I visited New Zealand for 45 days. My personal challenge was to travel from town to town by hitchhiking only. I rode over 3 000 km in total. There are some places where I waited 5 minutes and others where I waited an hour and a half (on a rainy day), but I was always welcomed well. On some days, I was even too optimistic but still managed to reach destination because people were keen to ride an extra 20 km for me (on a Wellington-Taupo trip, roughly 400 km). There are many hitchhikers in New Zealand, I remember getting to a spot where there was another hitchhiker who was picked up within 20 minutes. It took me another 10 minutes to get a lift. »


On PVTistes.net, a network for French Working Holiday Makers, the page about Hitchhiking in New Zealand is giving tips on how to hitch without being a jerk. « If New Zealand is indeed some sort of hitchhiker’s paradise, an Eldorado, it doesn’t mean that all drivers live to pick you up, crying bloody tears just at the thought of not bringing someone on the green country roads. […] 

Hitchhiking, it’s accepting to depend on others: you must accept to endure some hardships and not totally master your choices sometimes. It’s also about waiting long times, lost in improbable places deep in the back country, asking yourself why in hell you got there and praying that the next vehicle picks you up. »


Anaiz on my Facebook page wanted to testify as well : « I hitchhiked in New Zealand and it was an amazing experience. I was even hosted and fed by a driver, as he worried about my safety, in Christchurch being penniless. Other drivers made a detour to drop me right in front of my friend’s place, in Auckland. In short, I was flabbergasted by so much generosity and hospitality, and thought that in France, we still had a long way to go… »


clouzote sur un pont pédestre nous faisant dosClouzote, the French woman behind  « Beyond the Borders » also shared her experience in NZ : « It was there that I hitchhiked for the first time and it was the best experience ever! I love this country and its people have been more than generous with me. I then picked hitchhikers up myself on South Island. French people have a very bad reputation there. I even published an article about it (You Who Destroy My Nationality) because I was disgusted by their behavior »


Quentin et Mariette de Shoesyourpath font de l'auto-stop en bordure de routeFrom Quentin and Mariette of « Shoes Your Path » : « Travelling in New Zealand has been an experience even greater than what we could have imagined. It has a lot more to offer than amazing hikes in beautiful landscapes! Kiwis have been so kind and helpful to us all along our trip!

We remember, in Taupo, a random guy off the main street offered us a job, while on the same day another person offered a place to live during the summer. When hitchhiking around South Island, we never had any trouble to go wherever we wanted, even to remote places. We always found someone to pick us up very quickly… Well, ok, sometimes we waited a few hours, but most of the time, we were picked up in less than 20 min, with a record of 30 seconds between two rides in the middle of the bush! We couldn’t have said that we visited New Zealand without all the people we met while hitchhiking. These people helped us way beyond a simple ride: they shared local knowledge and culture, locations of beautiful non-touristic spots that we couldn’t have found by ourselves, and sometimes offered food and shelter as if we were their friends… Thank you Kiwis, thank you New Zealand ! »


Flo de Make my Trip sur une plageFlo of « Make My  Trip » : « There’s no country that beats New Zealand to hitchhiking. Just the way the country and its people are, it is easy and rewarding. I went across half of South Island hitchhiking, from Christchurch to Queenstown, I never waited over ten minutes. I had hitchhiked in Australia and in the USA, but I never met people so lively and generous as in NZ. When I left a first car, there was often a second one that would immediately stop before I could rise my thumb. Instead of taking me from A to B, we made detours as they showed me amazing spots or make me taste local specialties. Hitchhiking in New Zealand, it’s simply the best way to live your trip to the fullest. »


Piotr Kroczak de 1001 pas sur le mât d'un voilierPiotr Kroczak, the guy behind « 1001 Steps » tells us about his New Zealand hitchhiking experience in « On the Roads to Mount Cook ». He adds : « Hitchhking in New Zealand transformed me. Deeply, truly. It affected the course of my life in the following months and years. Not directly, well, I didn’t become a round the world globetrotter because of that one trip. No, I’m talking about the people I met, about the experiences and discoveries, the change of paradigm when looking at our life and our lifestyle. That’s what my hitchhiking trip to NZ was: a revolution. In a good way, a nicer and more colorful way. 

Later, I hitchhiked elsewhere, between France and Poland, with truck drivers. I still do it on short trips. I sadly don’t have enough time to wait on the roadside anymore so I take shortcuts and rideshare… »


On Twitter, Lucie from « Mondalu » said : « I found this story so ridiculous. I hitchhiked all around in New Zealand and especially on South Island. The West Coast was the most challenging with 3 days and 2 nights to reach Motueka from Cromwell. I notably remember Punakaiki. A Kiwi dropped me there around 5 pm swearing that it would be easy to find a lift since the place was hyper touristic. My intuition was telling me the opposite, but I thought that he might know better than me since he was a local. Therefore, I got there and waited 30 minutes until two Dutch tourists offer to take me 5 minutes further to their camping. The following day, I was incredibly lucky that a local brought me 20 minutes further, il a better place than Punakaiki, where I could more easily be picked up by a Kiwi than by a tourist. 5 min later, I had a ride. »


We sincerely hope that you guys
forgive us and
keep on being awesome


drapeau de la France

  En français, maintenant…

Chère Nouvelle-Zélande,

Un de nos compatriotes et collègue d’auto-stop est récemment devenu célèbre alors qu’il se baladait autour de votre pays en levant le pouce.

Alors que nous, auto-stoppeurs, sommes généralement empathiques quand on nous raconte des histoires d’attente longue interminable, il n’y a aucune raison qui puisse justifier ou excuser un tel comportement destructeur et malpoli. Nous vous prions, s’il vous plaît, de ne pas généraliser à partir de ce malheureux incident.

Au nom de mon nouveau pays de la migration, la France, et surtout de tous mes collègues auto-stoppeurs, je veux le dire clairement :

Nous sommes désolés

Se tenir debout sur le côté de la route est un exercice de patience. Nous prenons la décision consciente de nous rendre vulnérables aux éléments et soumis à la bienveillance des passants. Nous sommes reconnaissants lorsque vous choisissez de nous prendre et de partager votre temps avec nous. Nous pensons que le stop est un excellent moyen de rencontrer des gens et de découvrir des cultures locales tout en étant une façon écologique de voyager. Nous apprécions aussi profondément que vous nous preniez gratuitement, par votre bonne volonté, votre solidarité et votre hospitalité.

Pardonnez notre Français

( Petit jeu de mot ici : Excuse My French, c’est aussi une façon d’excuser son langage grossier, en anglais)

La Nouvelle-Zélande a une réputation incroyable pour l’auto-stop. Bien que je n’aie pas moi-même visité votre pays, je n’ai entendu que des bonnes choses au sujet de votre peuple et de vos paysages auprès de mes collègues stoppeurs.

Voici ce qu’en disent les voyageurs français en auto-stop


Les auto-stoppeurs français parlent de la Nouvelle-Zélande

Dans « L’hospitalière Nouvelle-Zélande », l’auto-stoppeur tourdumondiste Jeremy Marie dit que  « l’habitant de Nouvelle-Zélande avait souvent tendance à faire beaucoup pour aider les personnes en nécessité. Bien qu’il est évident qu’aucun pays au monde n’a 100% de personnes aimables et bien intentionnées, je pense tout de même que la Nouvelle-Zélande doit avoir un pourcentage qui s’en rapproche. […] A l’image de l’hospitalité et de la gentillesse des locaux, l’auto-stop fût un plaisir total. Très rarement je me permets de faire du stop intra-urbain ou de nuit mais l’activité était tellement aisée que je sentais pouvoir tout me permettre à ce niveau. »


Julien et Adrien du Tour du monde de Froggy ont surnommé la Nouvelle-Zélande pays du rugby, du wwoofing et de l’auto-stop. « Quelle hospitalité ces Néo-Zélandais ! On nous avait dit que le stop fonctionnait bien en NZ mais on n’imaginait pas un tel accueil dans un pays moderne, occidental et assez touristique. » Julien et son frère David ont traversé le pays en auto-stop en brandissant deux drapeaux : un des All Blacks et l’autre français, alors même même que vous nous battiez à la Coupe du Monde de Rugby en 2012. Ils disent que « le principal point commun entre les Kiwis blancs et les Maoris est qu’ils sont tous les deux aussi accueillants et sympathiques. Ils n’hésiteront d’ailleurs jamais à nous prendre en stop. » Dans « Adrien et son accordeon chez les Maoris », Adrien nous dit qu’il a été ramassé et invité à dormir par un policier. «En 40 jours, j’aurai été aidé par 57 conducteurs pour faire environ 2 500 km ! »


Cédric Tinteroff est le PVTiste compulsif derrière « From Yukon » et un grand fan d’auto-stop. Il a perdu sa virginité d’auto-stoppeur en Nouvelle-Zélande en 2011. « Ce choix, assumé et délibéré, de bourlinguer en stop, fut l’une des meilleures décisions de ma vie et m’a apporté énormément de choses qui ne sont pas qualifiables ni formalisables. Sans tomber dans l’apologie ni le prosélytisme, je considère quand même que l’autostop est une école de la vie, enrichissante, émouvante, ardue et parfois difficile mais qui récompense toujours au centuple. » Plus tard, il parcourra l’île du Sud sans trop de mal et attendra même 6 heures une fois sans maudire votre peuple parce que… c’est la vie !


Alexandra de Itinera Magica voulait vous écrire directement. « Chère Nouvelle Zélande, je t’en prie, pardonne à la France : on t’aime !

Je me souviens de mon séjour en Nouvelle Zélande comme l’un des plus beaux voyages de ma vie. A Wai-O-Tapu, je suis tombée amoureuse de la ponctuelle Lady Knox, le geyser qui révèle sa beauté tous les matins à 10h, j’ai admiré les marmites de boue bouillonnante et leurs mille couleurs, et j’ai voulu me perdre au milieu des fougères géantes. J’ai dormi sur les pentes du Tongariro, en guettant anxieusement la prochaine éruption volcanique. J’ai appris à connaître et à respecter la culture Maori, leur folklore, leur art, leur histoire, et toutes les légendes qu’ils ont ramenées des rivages lointains du Pacifique.

Est-ce que je peux te dire un secret ? Chère Nouvelle Zélande, je t’ai encore plus aimée que l’Australie. Tu étais le pays des contes de fées et tu m’as donné la sensation d’être une princesse entrant au royaume de ses rêves. Je reviendrai te voir, car je suis triste pour mon mari qui ne connaît pas encore ta beauté. Je ne sais pas si je ferai du stop. Mais si je le fais, c’est promis : j’amènerai des bonbons et un grand sourire. »


Emmanuel de « Journaux de Voyages » a rencontré Spiderman lors de son périple en auto-stop en Nouvelle-Zélande. Ce bon vivant chasseur d’araignées l’a pris en stop pour un road-trip d’un jour dans Southland et ils ont partagé un bon moment à discuter de la vie autour d’une bière.

Quant à votre pays, il le résume en un seul mot : Awesome ! Son chauffeur, Audrey, a réussi à lui montrer des villages et des paysages qui lui ont tatoué ce mot sur son cœur. La Nouvelle-Zélande est tout simplement awesome. Il est également très désolé que vous avez eu à subir ce mec français.


La Française derrière « Du Wasabi dans le Kiwi » a reçu en cadeau un Tiki d’un conducteur peu après son arrivée en Nouvelle-Zélande. Ce porte-bonheur lui a peut-être évité de graves problèmes… mais c’est surtout devenu un symbole affectif de son séjour en Nouvelle-Zélande ! Elle voulait témoigner que la Nouvelle-Zélande lui a laissé certains de ses meilleurs souvenirs d’auto-stop. Des gens prêts à faire des dizaines de kilomètres supplémentaires rien que pour aider, des propositions d’hébergement, des bons plans, des conseils et une attitude respectueuse quasi omniprésente. « Il y a toujours des contre-exemples, mais la plupart des Néo-Zélandais que j’ai rencontrés avaient un regard plutôt ouvert et sans a priori vis à vis des auto-stoppeurs. J’ai honte en temps que française et auto-stoppeuse. »


Kurtis de « La Route et moi » résume dans « Autour du mont Cook » : « On m’avait prévenu, en Nouvelle-Zélande, l’auto-stop est facile. Et c’est bien le cas ! Peu d’attente sur les routes… parfois je ne sors même pas le pouce qu’on me propose de m’emmener. Bref, le paradis de l’auto-stoppeur. » « J’ajoute un petit truc », m’a-t-il dit personnellement, « j‘ai fais du stop pendant 2 ans un peu partout et c’est sûrement le pays où ce fut le plus facile et où les gens ont été les plus réceptifs. Il y a toujours un local qui est là pour aider ou un backpacker qui passe dans le coin. J’ai même été pris en stop par des entraîneurs olympiques ! »


Stefan Tanned de Conseil-Voyageur.fr nous a confié : « Lors de mon tour du monde en 2014, j’ai visité la Nouvelle-Zélande pendant 45 jours, mon challenge personnel étant de me déplacer de ville en ville seulement en auto-stop. Au final, j’ai parcouru plus de 3 000 km en Nouvelle-Zélande. Il y a des endroits où je n’ai attendu que 5 minutes comme 1 heure et demi, un jour de pluie, mais j’ai toujours été bien accueilli. Il y a même des jours où j’étais trop optimiste pour arriver à l’endroit où je voulais et j’y suis quand même arrivé grâce à la générosité des gens qui n’ont pas rechigné à faire 20 km en plus : c’était un trajet Wellington-Taupo, près de 400 km. Il y a de nombreux auto-stoppeurs en Nouvelle-Zélande, je me souviens être arrivé à un spot où il y avait un autre auto-stoppeur, il a mis 20 minutes pour être pris et j’ai attendu 10 autres minutes pour avoir mon lift. »


Sur PVTistes.net, un réseau français de participants au Programme Vacances Travail, la page sur l’autostop en Nouvelle-Zélande donne des conseils sur la façon de faire du stop sans être un connard. « Si la Nouvelle Zélande est bel et bien une sorte de paradis, d’Eldorado au Hitchhiking, cela ne veut pas dire que chaque conducteur ne vit que dans l’attente de vous voir monter à bord de son véhicule, pleurant des larmes de sang à l’idée de ne pas avoir quelqu’un à emmener sur les vertes routes du pays. […]  Faire du stop, c’est être tributaire, dépendant des autres:  il faut accepter de subir en partie et de ne pas être totalement maître de ses choix par moment. C’est également de longues attentes , paumé dans des endroits improbables, au plus profond du backcountry, à se demander « ce qu’on peut bien foutre là » et à prier d’être embarqué par le prochain véhicule. »


Anaiz sur ma page Facebook voulait également témoigner : « J‘ai fait du stop en Nouvelle-Zélande et ça a été une formidable expérience. J’ai même été logée et nourrie par un conducteur, inquiet de ma sécurité car j’arrivais à Christchurch sans le sou. D’autres conducteurs m’ont déposée devant la porte de chez une amie, à Auckland, alors que ça leur faisait faire un détour. Bref… j’ai été stupéfiée par tant de générosité, d’hospitalité, et je me suis dit qu’en France, on était loin du compte… »


Clouzote, la Française derrière « Beyond the Borders » m’a aussi partagé son expérience en NZ : « C’est là que j’ai fait pour la première fois du stop et ce fut la meilleure expérience de ma vie ! J’aime ce pays et ces habitants qui ont été plus que généreux avec moi. J’ai moi-même par la suite pris des gens en stop sur l’île du sud. Les Français ont une très sale réputation là-bas. J’ai d’ailleurs publié cet article (À toi qui détruis ma nationalité) deux semaines après être arrivée en NZ tellement j’étais écœurée. »


Les mots de Quentin et Mariette de « Shoes Your Path » : « Voyager en Nouvelle-Zélande a été une expérience bien au-delà de nos espérances. Il y a bien plus à vivre que des randonnées exceptionnelles dans des paysages époustouflants. Les Kiwis ont été si gentils et nous ont tellement aidé sur tout notre séjour !

Nous nous souvenons qu’à Taupo, un mec dans la rue principale par hasard nous a offert du boulot et puis, le même jour, un autre nous a offert un endroit où loger pour l’été. Puis, alors qu’on faisait du stop autour de l’île du sud, nous n’avons jamais eu de difficulté à aller là où nous le désirions, même dans des endroits reculés. Bon, d’accord, nous avons parfois attendu quelques heures, mais la plupart du temps, nous étions pris en moins de 20 minutes avec un record de 30 secondes entre deux voitures au milieu du bush ! Nous n’aurions pas pu dire que nous avons visité la Nouvelle-Zélande sans tous les gens que nous avons rencontré en stop. Ces gens nous ont aidé bien au-delà du transport : ils ont partagé leurs connaissances locales et leur culture, les lieux intéressants hors des sentiers battus que nous n’aurions jamais trouvé par nous-mêmes et nous ont parfois offert le gîte et le couvert comme si nous étions leurs amis. Merci les Kiwis, merci la Nouvelle-Zélande ! »


Flo de « Make My  Trip » : « Il n’y a pas meilleur pays que la Nouvelle-Zélande pour faire du stop. A l’image du pays et de ses habitants, c’est simple et vraiment enrichissant. J’ai parcouru la moitié de l’île du sud en stop, depuis Christchurch jusqu’à Queenstown, je n’ai jamais attendu plus de 10 minutes. J’avais déjà pratiqué le stop en Australie ou aux Etats-Unis, mais je n’ai jamais rencontré de personnes aussi vivantes et généreuses qu’en NZ. En quittant une première voiture, il y en avait souvent une qui s’arrêtait immédiatement avant même que je lève le bras. Au lieu de m’emmener d’un point A à un point B, on a fait des détours pour me faire visiter des lieux superbes, on m’a fait goûter des spécialités locales. Faire du stop en Nouvelle-Zélande, c’est tout bonnement la meilleur façon de vivre pleinement son voyage. »


Piotr Kroczak qui est derrière le blog « 1001 pas » nous raconte son expérience d’auto-stop en Nouvelle-Zélande dans « Sur les chemins du mont Cook ». Il ajoute : « Le stop en Nouvelle-Zélande m’a changé. Profondément. Réellement. Il a influé le cours de ma vie dans les mois et les années qui ont suivi. Pas directement, hein, je ne suis pas devenu un globetrotter voyageant en stop autour du monde suite à ce voyage. Non, je parle des rencontres issus du stop, des expériences, des découvertes, du changement de regard sur notre vie et la façon de la mener. Voilà ce que fut mon expérience de stop en Nouvelle-Zélande : un bouleversement. En bien, en plus beau, plus coloré.
Par la suite, j’ai fait du stop ailleurs. Entre la France et la Pologne, avec des camionneurs. J’en fait encore sur de courts trajets. Je n’ai malheureusement plus beaucoup de temps à attendre au bord de la route alors je prends les raccourcis que peuvent être les services comme Blablacar. »


On Twitter, Lucie from « Mondalu » said : « J’ai trouvé l’histoire tellement ridicule. J’ai fait du stop un peu partout en Nouvelle-Zélande et spécialement sur l’île du Sud. La Côte Ouest a été l’endroit le plus difficile et cela m’aura pris 3 jours et 2 nuits pour faire le chemin entre Cromwell et Motueka. Je me souviens particulièrement de Punakaiki… Un kiwi m’y a déposé vers 17h me certifiant qu’il y serait facile d’y trouver un lift car l’endroit est hyper touristique. Mon intuition me disant le contraire, je me suis dit, que étant du coin, il devait mieux savoir que moi. Je suis donc arrivée là bas et j’ai attendu 30 minutes, jusqu’à ce que deux touristes hollandaises me proposent de m’emmener 5 min plus loin dans leur camping. Le lendemain, j’ai eu une chance monstre quand un local m’a dit qu’il pouvait me déposer 20 min plus loin, dans un endroit qui serait surement plus avantageux que Punakaiki. En effet, plus de chance d’être pris par un kiwi qu’un touriste. 5 min après j’avais un nouveau lift. »


Nous espérons sincèrement
que vous nous pardonnerez et
que vous continuerez à être géniaux !

14 Commentaires for “Dear New Zealand : Excuse Our French”

Sylvain Bérubé

dit :

This post is so awesome (and so Canadian too!), thanks Globestoppeuse for sharing these considered thought about hitchhiking in New Zealand.

dit :

Un grand bravo pour cet initiative. Quelques dizaines de témoignages dithyrambiques sur la Nouvelle-Zélande ont été recueillis, mais combien encore dans la nature ? 🙂
Ces mêmes gens qui ne disent que du bien de ce pays à l’autre bout du monde et qui par ailleurs ont essayé de laisser une bonne image d’eux.

Il faut préserver cette culture, cette qualité d’accueil, désormais de plus en plus rare.

Bernd Wechner

dit :

Indeed, inexcusable and unrepresentative behavior.

I’ve willingly waited for 3 days for a ride sitting on the outskirts of Bamaga in Northern Australia without so much as a hint of frustration, I’ve hitchhiked New Zealand extensively and found few places as easy or friendly to hitchhike as NZ, and if stuck where this French guy was, heck Greymouth was quite an easy walk away … I once left a ride in the middle of the Nullarbor in Australia and unable to flag a ride in the morning and low on supplies, well, set off on foot to the next service station which I reckoned to be no more than 70km away on my map … ;-). And as it happens ended up getting one of the most memorable and pleasant rides of my travels with a couple who didn’t want to let me go when our routes diverged and invited me to come visit …

The world owes you nothing my friend and there is no reason to experience or express rage at the lack of a ride and every reason to plan for the eventuality that one might not be coming as soon as you’d like or at all.

dit :

Thanks for coming around, Bernd. Your comment echoes on what you have written in the past about personal development and handling oneself. I would have been more indulgent if that guy didn’t help himself with an expensive sleeping bag (ironically doing what Aussies call « French shopping ») because I guess travel burnout and/or depression happen. The guy had a lot of experience and inspired other people to hit the road…

But in this story so far, all I read is « Entitlement, Entitlement, Entitlement »…

Laisser un commentaire