Lectures : Le Guide de l’autostop au quotidien

Temps approximatif de lecture : 2 minutes



Un premier guide francophone exclusivement dédié à l’auto-stop, avec une préface de Nans et Mouts (Nus et Culottés). Serait-ce un appel à l’aventure, cheveux dans le vent et guitare au dos, à la Jack Kerouac ? Même pas ! Les amis aventuriers pourraient ici être déçus…

Mais il n’y a pas de petite aventure, n’est-ce pas ?

Ce premier livre publié pour Rezo Pouce par Bénédicte Rozes et Alain Jean a pour sujet l’autostop du quotidien, dénomination choisie par les représentants de l’organisme pour parler d’auto-stop de proximité ou de covoiturage spontané. Il s’agit le plus souvent de trajets ruraux ou ville-périphérie sur des axes mal desservis par les transports publics. Avec plus de 2 000 communes participantes, Rezo Pouce est en ce moment et à ma connaissance la plus vaste initiative de la sorte dans le monde.

En collaboration avec la Fondation Macif et la Région Occitanie, Rezo Pouce s’appuie sur sa vaste expérience dans la création, la maintenance et l’animation de ces réseaux d’auto-stop pour promouvoir le partage des trajets comme démarche de mobilité sociale, écologique et économique. 

Conçu à l’intersection d’une brochure et d’un carnet de vacances, ce livre abondamment illustré se veut informatif, ludique et persuasif. Sa lecture est rapide et relaxante et l’on y trouve de multiples conseils et témoignages tels ceux de votre humble servante. 

Je me suis tout de même demandé à quel public cible s’adressait précisément ce guide. On y retrouve des données très intéressantes, notamment celles recueillies par l’organisme concernant le stop pendulaire (domicile travail, région périphérie), mais je trouve le tout très léger en ce qui a trait aux questions de sécurité, de racisme, de genre, bref, les interférences qui peuvent s’insérer dans des relations aussi intimes que le partage de l’habitacle d’un véhicule. Sans compter les quelques exemples à coups de préjugés : associer dreads et manque d’hygiène sans glisser un seul mot sur le racisme et les stéréotypes à l’oeuvre dans l’auto-stop, c’est un peu douteux à mon sens.

Néanmoins, que vous soyez un jeune désargenté, un automobiliste consciencieux ou un décroissant objecteur de conscience, ce guide répondra à toutes vos questions concernant cette déclinaison moderne et pragmatique de l’auto-stop. Si vous n’êtes pas tout à fait convaincu de sa pertinence en tant que transport en commun solidaire pour les collectivités territoriales, il risque bien de vous faire basculer du côté « pouce » de la force ! 

Laisser un commentaire