Handicap au vent… d’Afrique

Temps approximatif de lecture : 2 minutes

Vous vous souvenez sans doute d’Antoine, mon pote auto-stoppeur paraplégique qui avait traversé les États-Unis en auto-stop avec son ami Florent ? Ils en avaient tiré un excellent bout de film, Handicap au vent USA…

Puis repris la route vers Istanbul pour se joindre à une bataille de polochon géante, partir galoper en Mongolie, voguer je ne sais plus où et j’en passe…

Bref, c’est un voyageur alternatif qui est d’autant plus impressionnant que son handicap lui pose des défis intéressants. Nous avions à l’époque collaboré sur des conférences intitulées «Tout le monde peut faire du stop !», un peu ironiquement peut-être, oui, même les femmes et les éclopés…

Mosaique de photos d'Antoine Maniglier

Dans un monde qui s’adapte tout de même assez peu aux fauteuils roulants et à la diversité des réalités liées au handicap, Antoine est un exemple qui s’apparente aux athlètes paralympiques : sa capacité à s’adapter, à transformer l’épreuve en opportunité est inspirante. Comme tout être humain cependant, il ne porte avec lui que le poids de ses propres limitations et il y a fort à parier qu’il ne s’interroge plus sur ce qu’il peut faire en tant que paraplégique, mais plutôt sur ce qu’il lui est encore possible de faire. C’est la même chose pour moi en tant que femme… Je me fous bien de ce que je ne peux (apparemment) pas faire en vertu de mon sexe (!), je veux plutôt connaître mes capacités et les étendre, mes limites et les repousser.

C’est pour cela que je soutiens entièrement le nouveau projet d’Antoine Maniglier et que j’aimerais vous inviter à le soutenir également.

S’il a choisi de prendre la route pour son propre plaisir et ses propres aventures, sa toute nouvelle expédition en direction de l’Afrique de l’Ouest prend également une dimension de coopération. Antoine se rend en solo par la voie terrestre en 4L jusqu’au Burkina Faso en passant par le Maroc, la Mauritanie, le, Sénégal, la Gambie, la Guinée et le Mali. Non content de partir seul, il a choisi de charger sa «Gazelle du désert» de près de 300 kg de matériel.

antoine-car-1

Antoine n’en est pas à sa première aventure sur le continent africain. Sa démarche est consolidée auprès d’associations locales qu’il sait en manque de moyens et avec qui il est personnellement en contact.

chantier-antoine

Découvrez vous-même son projet par ici : Handicap au vent d’Afrique.

N’hésitez pas à ajouter votre contribution même modeste à sa collecte de fonds. Elle servira à payer une partie du matériel médical qu’il emportera avec lui pour soutenir l’une des associations.

Espérons qu’Antoine nous ramène de belles images de là-bas et que sa route se passe sans incident !

Laisser un commentaire