Lectures : Insolents voyageurs par Thierry Soufflard

Temps approximatif de lecture : 2 minutes

L’art de se faire inviter partout dans le monde avec sa tribu

Ma note : 3 étoiles sur 5

Pour être parfaitement honnête, ce livre m’a d’abord bien énervée. Pourquoi ? Peut-être parce que je suis du genre à tout lire d’un livre : la jaquette, la préface, la dédicace… Je ne saute jamais une page ! Je n’ai malheureusement plus en main au moment d’écrire ces lignes, alors j’irai de mémoire et à partir des impressions.

Dans cet ouvrage relatant essentiellement les expériences découlant d’une façon spécifique de voyager, j’ai eu l’impression que l’on se servait de l’altérité (d’autrui) pour l’exotisme, pour fétichiser un type de voyage. J’avais notamment l’impression de l’entendre crier : « Regardez-moi ! J’ai trop le swag, j’ai des amis gitans/amish/circassiens ! » tellement c’est écrit partout dès le début du livre. Pour moi, c’était assez inconcevable, puisque la qualité d’un récit de voyage, c’est ni d’être allé quelque part ou personne ne va, ni d’avoir rencontré des gens marginalisés ou « originaux ». Je sentais donc que cette attitude me dégouttait un peu du bouquin, mais j’y voyais aussi des torts que j’ai parfois vu chez moi, en repensant à mes histoires de stop avec des criminels ou de vie en territoires arctiques. Ce qui m’agaçait, c’était une fierté que j’avais déjà ressentie et que je trouvais désormais mal placée.

En songeant comment un livre doit parfois être racoleur pour vous attirer sous la couverture, j’ai ravalé ma salive et lentement poursuivi ma lecture, un épisode à la fois puisque chaque chapitre étant à peu près autonome. Je n’ai plus trop été déçue au-delà des premiers chapitres : la plume est enthousiaste, le regard de l’auteur candide et les personnages sont très attachants.

Si le récit n’est guère littéraire, l’audace de la petite famille émeut et fait envie. On en tire la leçon d’oser, oser aller à la rencontre des gens que l’on admire trop souvent de loin et qui sont après tout d’une profonde humanité.

Une lecture rafraîchissante donc, bien loin des Sylvains Tessons, aventuriers glorifiés et autres Explorateurs AOC à la française…

Découvrez Thierry Soufflard sur France Inter, le temps d’un bivouac…

Laisser un commentaire