Écran vert : L’absence de récits de femmes sur la route et son importance

Temps approximatif de lecture : 1

Alors qu’un homme sur la route pourrait être vu comme potentiellement dangereux, potentiellement aventureux ou potentiellement malchanceux, dans tous les cas, le discours en est un de potentialités. Lorsqu’un homme prend la route, son aventure commence. Lorsqu’une femme prend cette même route, la sienne se termine.

 

J’engendrais une peur qui semblait émerger du fossé entre les hommes et les femmes quant au coût social de l’auto-stop. Le prix à payer pour une femme est simplement beaucoup plus élevé pour une femme que pour un homme. Nous reconnaissons que, dans notre monde, une femme sur la route est marquée. Elle a été coupée du tissu social, excisée à un niveau si basique que lors qu’elle met le pied sur la route, elle le met dans un abîme. Ce qui pourrait mener à ce choix nous inspire une peur primale. Un homme sur la route est solitaire. Une femme sur la route est seule.

 

Traduction libre tirée de l’article « Green Screen: The Lack of Female Road Narratives and Why it Matters » par Vanessa Veselka

 

 

J'aime, je partage ! Email this to someoneShare on Tumblr0Pin on Pinterest0Share on Google+1Tweet about this on TwitterShare on Facebook0

Laisser un commentaire